Actualités

Courrier du 17 mai 2020

Bonjour!

C’est avec un immense plaisir que nous vous annonçons que la Pagode rouvre prochainement ses portes de manière progressive!
Mercredi 20 mai, de 9h à 12h, nous accueillerons les adultes (avec petits enfants). Nous avons aménagé l’espace
afin de respecter les mesures de distanciation sociale (tables éloignées, marquage au sol avec circuit).
Si la météo le permet, nous installerons la terrasse!
Dès le mardi 26 mai, les ouvertures se déclineront comme suit:
mardis et jeudis de 10h à 12h: accueils adultes et petits enfants
mercredis de 14h à 17h30: accueils enfants de 7 à 12 ans sur inscription
et dès le vendredi 5 juin, les ouvertures pour les jeunes de 9 à 14 ans reprendront de 17h à 21h sur inscription, avec possibilité de
manger sur place.

Pour le moment, nous servirons uniquement des boissons (thé, café, etc.). Les brunchs, goûters et échanges de nourriture
pourront reprendre dans un deuxième temps, si les conditions sanitaires le permettent.

Les permanences téléphoniques des mardis et jeudis de 9h à 12h restent ouvertes!
 Nous collaborons avec le Terrain d’Aventurede Malley pour du soutien alimentaire, alors n’hésitez pas à nous contacter si besoin au 021/624 22 52.

Nous nous réjouissons de vous retrouver, de partager nos expériences respectives et de boire un petit thé ou café ensemble!
A très très bientôt!

L’équipe du Centre de quartier de Malley-Montelly

Courrier 8ème semaine de confinement

Cher.e.s lecteur.trice.s,

je souhaite une bonne reprise à ceux dont l’activité était suspendue et bon courage pour ceux dont la situation n’a pas changé. Enfant, parent, retraité, salarié, sans papier, indépendant, chacun vit cette période avec des difficultés supplémentaires et il nous faudra certainement du temps et de la solidarité pour faire baisser l’angoisse, de pas avoir peur des autres et reprendre nos liens sociaux essentiels.

L’équipe du centre de quartier travaille sur une réouverture pour le mois de juin. En attendant, il est possible de nous joindre les mardis et jeudis matins, au 021 624 22 52. Si vous vous trouvez dans une situation difficile et que vous auriez besoin d’aide pour des sacs de provision, des vêtements de bébé ou d’autres formes de soutien, n’hésitez surtout pas à nous contacter pour organiser une aide en collaboration avec nos réseaux et ressources.

Différentes activités vous ont été proposées ces dernières semaines. Trois familles ont trouvé le code de l’énigme vidéo réalisée par Aurélia, stagiaire au Centre.
Bravo à Aya Mohammed et ses parents,
à Noémie, Solène et Anne-Sylvie Dupont,
à la famille Germano
qui recevront un petit cadeau prochainement!

Ce vendredi 15 mai devait avoir lieu la grève pour le climat, jour important pour ce mouvement. Aussi, je vous invite à réfléchir à quels changements sociétaux nous devons opérer, quels choix politiques et économiques nous allons faire, aux idées nouvelles et aux moyens que nous voulons développer pour rendre le monde viable et le garder vivant. Pourrions nous mettre les écosystèmes, les groupes et êtres vivants les plus vulnérables au centre et construire à partir de là?

Je me réjouis de pouvoir dialoguer sur ce sujet et bien d’autres avec vous prochainement et en attendant, je vous adresse mes meilleures pensées.

Pour l’équipe du Centre,
Aude Maurer

Courrier 6ème semaine de confinement

Hello tout le monde !

J’espère que toi et tes proches se portent bien durant ce confinement.

Ce petit message pour te donner deux petites idées d’activités à faire seul/e ou en famille !

La première activité consiste à résoudre des énigmes présentées dans la vidéo afin de trouver un code à quatre chiffres.

Si tu trouves tous les numéros, contacte-nous à l’une des adresses suivantes :

E-mail : contact@malleymontelly.org

Instagram : centre_de_malley_montelly

Facebook : Centre de quartier de Malley-Montelly

Un cadeau est prévu pour celles et ceux qui trouveront la bonne solution !

Bonne chance ! 

Pour la seconde activité, tu auras besoin d’une feuille de papier à carreaux et de stylos de couleurs ! Un exemple en image, amuse-toi bien!

Pour plus de modèles, voici un exemple de site : https://www.unjourunjeu.fr/printable/pixel-art/smiley/8/

Je te souhaite une excellente semaine !

Aurélia Berthoud, stagiaire au centre

Courrier 5ème semaine de confinement

Chères toutes et Chers tous,

J’espère que ce message vous trouve en pleine santé et serein(e)s.

C’est, sauf erreur de ma part, la sixième semaine depuis le début de ce semi-confinement. Je me permets de supposer que la plupart d’entre vous ressentez par moments une forte envie de vous évader de votre chez-vous, de cet espace si familier et connu que représentent nos lieux d’habitation… Comme une envie de nouveauté et d’exotisme qui nous viendrait casser l’enchaînement de ces journées qui se suivent et ont tendance à se ressembler.

Marcel Proust a dit : « Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. ». Je partage cet avis. Je suis en effet régulièrement fasciné par la différence de perception que je peux avoir de ce qui m’entoure selon le degré de qualité de présence et d’attention que je porte à mes expériences. Ma tendance naturelle à être perdu dans mes pensées, emporté par le fleuve bouillonnant de tout ce que j’ai à faire et à traverser mes journées en mode « pilote automatique » est effarante. Il découle pour moi de ce mode de fonctionnement une insatisfaction, un sentiment d’être coupé de la Vie et de mes aspirations les plus profondes. Un peu comme si je n’arrivais plus à être en contact avec ma boussole interne qui me montre ce qui a réellement du sens et de la valeur à mes yeux. Je suppose ne pas être le seul à constater cela et mon expérience tend à me montrer que ces manières d’être sont comme entremêlées à notre condition humaine.

Il existe cependant de nombreux chemins pour contrecarrer cette façon d’appréhender nos journées. Entre autres, nous pouvons petit à petit nous entraîner à ralentir, à régulièrement revenir à l’instant présent et à notre corps ainsi qu’à nos autres expérience (pensées et émotions) avec une attention teintée de curiosité et de bienveillance face à ce que nous découvrons. Ainsi, petit à petit, il en découle de façon presque organique une capacité accrue à amener plus de conscience sur nos fonctionnements souvent réactifs et à prendre un peu de recul face à nos nombreux conditionnements. Cette approche emprunte d’attention et de conscience est comme une lumière qui éclaire et réchauffe tout ce qu’elle touche, apportant souvent un sentiment de plus de liberté et de profonde connexion à ce qui nous entoure, à la Vie.

Pour en revenir à la citation de Proust, l’objectif ici n’est pas tant de changer les choses que de plutôt changer la façon dont on se met en relation avec les choses, dont on les perçoit. Cette période qui voit notre mode de vie habituel être profondément chamboulé peut être aussi appréhendée comme une invitation à porter un nouveau regard sur notre quotidien. J’avais donc envie cette semaine de vous offrir de le faire au moyen d’un outil simple et stimulant pour la créativité : le haïku. Vous découvrirez en pièce-jointe ce qu’est un haïku pour ceux qui ne le savent pas ainsi que la démarche que je vous propose. 

Le thème de l’email de la semaine passée était le Danemark et sa coutume des lettres mystérieuses. Comme celui de cette semaine semble s’orienter vers l’Asie et plus précisément le Japon et comme, après s’être occupés de l’esprit avec le haïku, il faut aussi bien évidemment s’occuper du corps, vous trouverez une deuxième pièce-jointe avec une recette de ramen (soupe de nouilles japonaises) végétalien, petit clin d’œil personnel que je ne pouvais m’empêcher de glisser ici. En effet, cette crise est certainement aussi un moyen de mettre le projecteur sur l’impact de nos modes de consommation (de manière générale et, ici, plus spécifiquement de nos habitudes alimentaires) sur notre environnement et de leurs conséquences.

Je vous souhaite de vivre ces prochains jours dans le maximum de calme et de sérénité possible. Même si les conditions extérieures n’y semblent peut-être au premier regard que peu propices, pourquoi ne pas essayer de changer un peu notre façon de regarder ?

Pour l’équipe d’animation,

Michel Zwahlen

Le haïku.

– Qu’est-ce qu’un haïku ?

Le haïku est un court poème, né au Japon à la fin du 17° siècle. En occident, il s’écrit

principalement sur trois lignes selon le rythme court / long / court : 5 / 7 / 5 syllabes dans sa

forme classique.

On l’écrit pour fixer un instant de la vie courante, noter un détail ou une sensation. Les

thématiques qu’il aborde sont surtout en rapport avec la nature, les animaux ou les éléments.

L’idée du haïku est de décrire la brièveté, la fugacité des choses. Traditionnellement, il doit

contenir la notion (même suggérée) de saison.

Il est par excellence la capture de l’instant présent dans ce qu’il a de singulier et d’éphémère

en ce monde où se côtoient permanence et impermanence. Il est peinture de « l’ici et

maintenant », de l’ordinaire saisi avec une extrême simplicité afin de restituer toute la

poésie de l’émotion offerte aux sens. Il véhicule un esprit pacifique et bienveillant.

Pour rendre les choses plus concrètes, voici quelques exemples de haïku :

• Travaux de printemps

Sous l’amas de feuilles mortes

l’hérisson sommeille

(Nicole Loth)

• En confinement

près de mon oiseau en cage

bêtement je siffle

(Patrick Peronne)

– A vous de jouer maintenant!

J’invite maintenant tous ceux qui le désirent et ceci quel que soit votre âge à vous livrer à

l’exercice de la composition d’un haïku. Ces poèmes ne doivent pas parler forcément de la

nature ou des saisons. Vu la situation actuelle et aussi afin d’essayer de porter un regard neuf

sur les objets ou les personnes qui nous entourent au quotidien en cette période, je voulais

ici vous proposer plutôt de choisir un objet précis ou une personne qui vous inspire pour votre

poème. Vous aimeriez peut-être écrire un haïku amusant à propos de votre chat ou de votre

objet/jouet préféré. Quoi qu’il en soit, ne vous sentez pas trop prisonniers de la structure de

cette forme poétique (nombres de syllabes par ligne) mais allez cependant à l’essentiel en

restant brèves/brefs. L’objectif est ici de laisser libre court à votre créativité, de vous distraire

et de vous encourager à ralentir un peu afin de pouvoir observer en conscience ce qui vous

entoure.

Plus essentiel encore, ceci est une occasion d’échanger à distance et de continuer d’être en

lien malgré les circonstances. Je propose donc à celles/ceux qui le désirent de nous faire

parvenir leur haïku, accompagné d’une photo ou non, à l’adresse du Centre

(contact@malleymontelly.org). Je compilerai ensuite de façon anonyme vos créations et les

transmettrai aux autres personnes qui ont également participé.

Et pour rester au Japon encore quelques instants, j’ai choisi pour thème de mon haïku un bol

à matcha (poudre de thé vert moulu) qui m’est cher.

Un bol à matcha

son contenu et dehors

explosion de verts

Une image contenant tasse, café, table, extérieur

Description générée automatiquement

Courrier 4ème semaine de confinement

Chères usagères et Chers usagers de la Pagode,

En premier lieu, permettez-nous à nouveau de vous assurer que toute l’équipe d’animation du Centre de quartier pense bien à vous et espère que vous et vos proches vous portez bien. Nous souhaitons de tout coeur que vous traversiez cette période avec le maximum de sérénité et de positivité.

Privés pour l’instant de notre lieu d’accueil de la Pagode, nous souhaitions cependant humblement faire notre possible pour contribuer à rendre votre confinement un peu plus agréable et également vous donner une chance de vous reconnecter un peu à cet endroit de rencontres et de partages qui vous est cher. « Comment ? » nous demanderez-vous, la voix remplie d’excitation et d’impatience ! Eh bien, vous allez avoir la possibilité de profiter des jeux habituellement disponibles à la Pagode sans sortir de chez vous et cela jusqu’à ce que nos accueils reprennent.

Les jeux de société sont non seulement un divertissement permettant de passer un merveilleux moment en famille ou entre amis. Cette activité ludique se révèle également un outil très bénéfique au bon développement des enfants. Alors, ne vous privez surtout pas de sauter sur l’occasion d’à la fois vous divertir et grandir en famille en ces temps potentiellement propices tant à la morosité qu’à l’ennui ! Vous trouverez la marche à suivre dans la pièce jointe à ce courrier : « PRÊT DES JEUX DE LA PAGODE »

D’autre part, pour que vous restiez en bonne forme physique, Aurélia, notre stagiaire, a créé une page instagram sur laquelle elle vous propose différentes activités en « live », à commencer par un COURS DE FITNESS pour les petits, les grands, « et même les moyens » ! Première édition ce jeudi 16 avril à 10h ! Le lien pour participer ou pour tout renseignement, idée, suggestion : 

https://instagram.com/centre_de_malley_montelly?igshid=peyypvjpe49l

Enfin, afin de faire vivre la Pagode et les liens qui unissent ceux qui la fréquentent malgré le confinement. Et aussi de mettre à profit ce moment un peu exceptionnel qui nous sort de nos habitudes, nous fait voir les choses différemment, nous incite à repenser notre relation, à la vie, à la nature, au temps, à nous-même et aux autres… nous vous proposons de participer à notre animation « LA LETTRE MYSTERIEUSE ». Conçue avec amour exprès pour vous et pour ce moment particulier nous vous laissons la découvrir dans la pièce jointe à ce courrier. Nous espérons qu’elle vous parlera et que vous serez nombreux à y participer et à en profiter !

Rappelons encore que nous nous tenons à votre disposition pour toute question relative à ce courrier ainsi que pour toute autre demande, idée à suggérer, besoin de partager, les mardis et jeudis matins de 9h à 11h45 au 021 624 22 52. N’hésitez pas à nous appeler, même pour nous donner simplement des nouvelles de la vie du quartier !

Toute l’équipe d’animation vous envoie ses meilleures pensées et se réjouit de vous retrouver dès que possible !

L’équipe d’animation de la Pagode

PRÊT DES JEUX DE LA PAGODE

Voici la marche à suivre pour profiter de cette offre ! Rien de plus simple !

  1. Consultez la liste des jeux ci-jointe et choisissez celui/ceux qui vous intéresse. Un maximum de deux jeux peut être empruntés en même temps par famille.
  • Appelez-nous au 021 624 22 52 lors de nos permanences téléphoniques des mardis et des jeudis entre 9h et 11h45 afin de nous transmettre votre/vos choix. Si les jeux que vous avez choisis sont disponibles, nous vous mettrons en contact avec notre stagiaire Aurélia qui prendra le relais et avec laquelle vous conviendrez des détails de la livraison (heure approximative, lieu de dépôt (boîte à lait, dépôt derrière votre porte), code éventuel pour accéder à votre immeuble…).

Les livraisons des jeux auront lieu les lendemains, soit les mercredis ou les vendredis. Elles seront faites à vélo par Aurélia. Si vous désirez emprunter de nouveaux jeux, vous n’avez qu’à répéter le processus et à déposer les jeux que vous désirez retourner au même endroit qu’ils vous ont été livrés. Aurélia fera l’échange. Si vous ne désirez pas emprunter de nouveaux jeux, vous pourrez simplement nous les rapporter directement à la Pagode lors des accueils de la première semaine de réouverture ou, si malheureusement cette situation de semi-confinement se prolonge, vous recevrez d’autres informations afin que le plus grand nombre puisse profiter des jeux.

Nous comptons sur chacun/e pour prendre grand soin des jeux qui sont mis à votre disposition et de nous les retourner complets et dans le même état que celui dans lequel vous les avez trouvés.

Une image contenant capture d’écran

Description générée automatiquement

La Lettre Mystérieuse

Projet d’animation du centre de quartier de Malley-Montelly

Le projet d’animation auquel nous vous proposons de participer est lié à la période particulière que nous traversons. Le confinement nous apparaît une occasion de prendre le temps de faire les choses et aussi de repenser nos liens.

En premier lieu, dans une telle situation nous pouvons avoir le réflexe de nous jeter sur nos portables, nos ordinateurs et nos écrans de toutes sortes, pour rejoindre nos amis virtuellement sur la toile d’internet. La démarche suivante vous propose une autre direction.

La « Gækkebrev » danoise

Elle est inspirée d’une coutume venant du Danemark. A l’approche de Pâques les Danois ont l’habitude de rédiger des « gækkebreve » (gé-ké-bra-ve) : de petites cartes décorées avec un petit poème, adressées à un proche ou une connaissance. La particularité est la suivante : ils ne signent pas leur courrier mais remplacent leur nom par des petits points, le même nombre qu’en compte leur prénom (Eric par exemple signera par 4 points : ….). La personne qui reçoit la lettre doit deviner qui en est l’expéditeur. Elle a généralement jusqu’à Pâques pour le faire. Si elle trouve, celle ou celui qui a envoyé la lettre lui doit un petit cadeau en plus. Si elle ne trouve pas, c’est elle qui doit un petit cadeau à celle ou celui qui a envoyé la lettre (un œuf de Pâques en général) lorsqu’il s’est finalement annoncé.

La proposition de la Pagode

A celles et ceux qui ont envie de participer à ce projet nous proposons donc de :

  1. Nous envoyer votre accord de participation (OUI ! Je veux participer au projet de la Lettre Mystérieuse de la Pagode!) ainsi que votre adresse à l’adresse mail du centre, soit : contact@malleymontelly.org d’ici la fin de la semaine (17.4.20). Merci d’intituler votre mail « Lettre Mystérieuse ».
  • Vous recevrez lundi prochain la liste des participants et leurs adresses.
  • A partir de là, selon votre envie et votre inspiration vous pourrez alors choisir de rédiger une « lettre mystérieuse » à l’une ou l’autre des personnes de la liste. Il n’y a bien sûr pas d’obligation, cela doit rester une envie et un plaisir. Pas de restriction dans le nombre non plus : vous pouvez en envoyer à autant de personnes qu’il vous plaira !
  • Ce projet s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux enfants ! Le descriptif qui est fait ici s’adresse aux adultes. C’est ensuite à eux de proposer, d’expliquer la démarche à leurs enfants et de les aider et les encadrer dans la réalisation.


  • Réunissez le matériel nécessaire à votre projet. Pour faire une « gækkebrev » il vous faudra :
  1. Un timbre
    1. Une enveloppe
    1. Une carte (feuille, papier cartonné, carte vierge du commerce…) de la taille de votre enveloppe

(S’il vous manque de ces articles et que vous n’avez pas envie de multiplier les sorties, vous pouvez en commander sur le site de la poste)

  • De quoi écrire

Pour la partie confection de la carte, cela dépendra de votre projet :

Vous pourrez avoir besoin de ciseaux, de papiers de couleur si vous voulez réaliser une carte à la danoise.

Mais toute autre idée, dans notre projet, est bienvenue. Vous pourrez donc, selon votre idée, avoir besoin de crayons de couleur, de peinture, de magazines pour faire des découpages et des collages (de colle aussi donc), de paillettes brillantes si vous aimez ce qui brille, de brindilles, d’un peu de mousse ou d’une fleur séchée, de pièces de tissus avec des motifs que vous aimez…

  • Choisissez un moment où vous serez pleinement disponible, où vous savez que vous ne serez pas dérangés. Faites de votre rédaction un moment un peu sacré.
  • Prenez un moment pour penser à la personne à qui vous avez choisi d’écrire. Mettez-vous en lien avec elle et laissez-vous guider par votre intuition.
  • Lancez-vous dans la confection de votre lettre mystérieuse !

La Carte

Pour la partie confection de la carte vous pouvez faire comme les danois : un papier plié-découpé, qui fait, lorsqu’on le déplie, un petit napperon. Vous pouvez le coller sur une carte ou l’utiliser tel quel et écrire votre petit message directement dessus. Vous trouverez des exemples sur internet :

En français… :

Une description de cette tradition sur le site de l’office du tourisme du Danemark et un lien vers un tutoriel youtube pour la réalisation d’une carte découpée :

https://www.visitdenmark.fr/danemark/quoi-faire/hygge/liberez-votre-creativite

Un descriptif plus bref sur le site de la Migros :

https://famigros.migros.ch/fr/excursions-loisirs/bricoler/tradition-de-paques-gaekkebreve

Pour les amateurs, en danois… :

https://www.alt.dk/bolig/to-fine-gakkebreve-og-nitten-sjove-gakkevers

Mais vous pouvez aussi bien faire un dessin, un collage, un « pop-up », un style de carte que vous receviez ou envoyiez lorsque vous étiez enfant, une bordure avec des motifs folkloriques de votre culture ou de celle de la personne à qui vous l’envoyez, bref, ce qui vous inspire !

Si la partie décoration vous fait peur, ou ne vous parle simplement pas, vous pouvez aussi vous limiter à l’écriture du message. L’intention prime sur les prouesses artistiques ! Une esquisse hésitante peut véhiculer plus d’émotion que la reproduction parfaite d’un tableau de maître… Sentez-vous libre, ne vous jugez pas, laissez-vous guider par votre coeur!

Le Poème

Même principe pour le poème :

Il existe dans la tradition danoise un poème classique qui est beaucoup utilisé.

Mit navn det står med prikker,

Pas på det ikke stikker.

Si cela vous fait plaisir ou vous aide, vous pouvez l’utiliser ! En voici la traduction française :

Mon nom est écrit avec des points,

Fais attention qu’il ne pique pas.

A l’origine, on ajoutait un perce-neige (et vintergæk) à la lettre, dont la « Gækkebrev » tient également son nom. Mais un « gæk » est aussi un fou, soit la personne qui reçoit la lettre quand elle n’arrive pas à deviner le nom .

Voici encore un autre exemple de texte classique :

En vintergæk, en sommernar, en fugl foruden vinger, en lille ven, som har dig kær, en kærlig hilsen bringer.

Qui donne en français :

Un perce-neige, un fou d’été, un oiseau sans ailes, un certain ami qui t’apprécie, t’envoie ses salutations.

Mais vous pouvez, bien sûr, et nous vous encourageons à le faire, créer votre propre poème ! Cela peut aussi être un simple petit mot.

Vous pouvez aussi utiliser un poème que vous connaissez et que vous aimez ou les paroles d’une chanson, ou la phrase préférée de votre grand-maman, ou une parole de sagesse qui parle à votre cœur.

  • Votre lettre est terminée il s’agit maintenant de lui apporter la touche « mystérieuse » finale : la signer mystérieusement ! Attention : seulement à l’aide de petits points… ! Autant de petits points qu’en compte votre prénom.

Exemple : Fatima = .  .  .  .  .  .   ;  Eva = .  .  . ;  Juan-Carlos = .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  ou    .  .  .  .  –  .  .  .  .  .  .  (plus facile à deviner ) ; etc…

  1. Glisser votre lettre mystérieuse dans son enveloppe, y écrire l’adresse de votre destinataire et y apposer un timbre-poste.
  1. La glisser dans une boîte aux lettres.
  1. Rentrer chez vous et bien vous désinfecter les mains 
  1. IMPORTANT : quelques précisions
  1. Si la Gækkebrev danoise est liée à la fête de Pâques, le projet de lettre mystérieuse de la Pagode ne l’est pas spécialement. Il est lié à la situation extraordinaire que nous traversons, au fait que nous sommes en confinement. Au temps que nous avons peut-être pour penser à celles et ceux qui comptent dans notre vie, à l’essentiel.
  • Le projet commence à partir du moment où chacun reçoit la liste des participants et reste ouvert jusqu’à la fin des mesures de confinement.
  • Les personnes auront ainsi jusqu’à la réouverture du Pagode Café pour trouver qui leur a envoyé un courrier. Celles et ceux qui n’ont pas été reconnus pourront s’annoncer à leurs destinataires pendant les premières semaines du Pagode Café s’ils les y croisent, ou par téléphone ou sms (mais pas avant la réouverture !)
  • Les petits cadeaux que les correspondants se doivent sont des petits cadeaux modestes et symboliques (une fleur, une tranche de cake maison, du chocolat, un dessin, une invitation pour un thé …).
  1. Bien sûr, si cela vous en donne l’envie, vous pouvez aussi profiter de ce projet pour écrire des cartes ou des lettres (signées !) à des personnes que vous aimez (et qui ne participent pas forcément à ce projet)… 😉
page1image2153380368

Courrier 3ème semaine de confinement

Cher-ère-s habitant-e-s de Malley-Montelly et alentours,

« Rire, c’est bon pour la santé » dixit notre cher ancien président Johann Schneider-Ammann lors de la journée des malades en 2016. Cette allocution pleine de bon sens et plus que jamais d’actualité en a fait rire plus d’un, à l’époque… C’était pas voulu et pourtant ! Merci Monsieur de nous faire rire en parlant du rire d’un ton si solennel. Allez, je ne résiste pas à l’envie de vous mettre le lien pour un petit rappel : https://www.youtube.com/watch?v=Ve6RyRduDoc.

La période que nous vivons peut être angoissante. Personnellement, la perspective de contracter une maladie inconnue et mystérieuse transmise au départ par une chauve-souris ou un pangolin me propulse en pleine science-fiction. D’autant plus que durant ma tendre jeunesse, je me suis gavée de film dans lesquels des virus transformaient la population en zombies…  Aujourd’hui, je suis allée à la Poste. La dame devant moi portait un masque, des gants, et oh cauchemar absolu, ne pouvait s’arrêter de tousser. Et voilà, mon cerveau s’est arrêté de fonctionner normalement. Une foule d’émotions contradictoires est venue se bousculer dans ma tête alors que mon corps aurait voulu se terrer dans un trou fermé hermétiquement pour se protéger de ce futur zombie… La fiction devient réalité. Pareil quand je vais faire des courses, il y a toujours trop de gens, des gens partout qui reniflent, se mouchent et font aussi des courses mais exprès en même temps que moi! Et il y a ce sportif qui court et souffle grande bouche ouverte et que je croise à chaque fois que j’ose enfin sortir me promener! Les gouttelettes dans l’air bon sang ! Bizarre ce sentiment de regretter de ne pas pouvoir voir des gens, et à la fois de redouter d’en voir. En chair et en os je veux dire…

La plupart du temps ça va bien et je me sens heureuse, mais parfois, je me sens à fleur de peau, déprimée, anxieuse, irritée, apathique… Mon fils ado et mon compagnon sont partout dans l’appartement. Tout le temps. Plus moyen d’être un peu tranquille ! Et pourtant je suis totalement consciente que j’ai une chance folle de ne pas être seule à la maison. Bah je suppose qu’il est normal de ressentir tout ça…

Ce qui m’aide, c’est de me raccrocher à toutes ces petites choses qui me font du bien, et qui sont donc bonnes pour ma santé (morale et physique). Je vais les partager avec vous.

En grand numéro un, le rire ! Oui le rire détend. Cerise sur le gâteau, il fait travailler plein de muscles (que je ne connais pas), et entretient à la fois nos abdos, notre air juvénile et notre teint rayonnant ! Je rigole je rigole…. Ben oui je rigole ! 

En deux, la lecture. Il paraît que six minutes de lecture par jour peut réduire le niveau de stress de 60% ! Personnellement, un bon bouquin, une BD marrante, et hop je m’embarque pour un autre monde et ça me fait un bien fou. Et si on instaurait un moment de lecture obligatoire dans la journée pour tous les membres de la famille ? Allez quoi ! Juste une demie-heure ? J’en rêve… 

Ensuite vient la musique qui met du baume au cœur, nous fait voyager… Un peu de karaoké et on s’époumone seul ou en famille! Et vas-y monte le son qu’on danse un peu ! En voilà une bonne manière de faire de l’exercice… J’avoue, je ne suis pas du tout sportive, mais mettez un peu de musique et mon corps se met en mouvement sans que je ne contrôle plus rien. Dansons dans la cuisine, la salle-de-bain, les chambres  et libérons toutes ces endorphines qui nous rendent joyeux et sereins !

Nous pouvons tous essayer de profiter de ce confinement pour tester différentes choses qu’on a peut-être pas l’habitude de faire : des jeux de société, du dessin (et ce n’est pas réservé qu’aux enfants), cuisiner des choses nouvelles, éviter de trop faire le ménage et se contenter plutôt de regarder voleter librement un minon de poussière… S’ennuyer surtout, je pense que c’est très important. Des études démontrent que l’ennui rend plus créatif. Le désordre aussi d’ailleurs. Et si on essayait ?  Regarder pousser ses plantes, tester des nouvelles recettes, trouver un moyen de s’isoler chacun un instant quand on est nombreux sous le même toit, appeler un ami ou de la famille pour prendre des nouvelles, remettre à plus tard les tris et rangements sans culpabiliser et juste prendre le temps de regarder passer le temps.

Et surtout, éviter la surconsommation d’écrans qui nous abrutissent…

Aujourd’hui, je ne partage pas uniquement mes état d’âme avec vous, mais également mon ancestrale recette de cookies et deux idées de jeu à faire avec les enfants. N’oubliez pas que si le besoin s’en fait sentir, nous sommes disponibles et à l’écoute tous les mardis et jeudis matins de 9h à 12h au 021 624 22 52.

Prenez bien soin de vous et à très bientôt pour de nouvelles aventures !

Véronique

Courrier 2ème semaine de confinement

Cher.e.s habitant.e.s,

Nous avons décidé en équipe de vous écrire chaque semaine, pour vous donner des nouvelles et prendre des vôtres.

Nous vous adresserons des messages de solidarité, de prévention, mais aussi des choses assez personnelles. Nous partagerons ce qui nous semble important, ce qui pourrait peut-être faire du bien dans la situation actuelle. Nous savons que la plupart des personnes sont connectées à différents réseaux mais il est essentiel que personne ne soit isolé socialement. Le confinement peut au mieux permettre l’introspection et le repos pour ceux qui sont seuls chez eux, mais il est probablement davantage source de tension et de conflit, surtout lorsque on vit à plusieurs. Ces difficultés peuvent tous nous toucher aussi nous vous avons adressé une liste de contacts et numéros (en pièce jointe) qui peuvent s’avérer utiles. N’hésitez surtout pas a demander de l’aide si vous en ressentez le besoin. L’équipe garde sa permanence téléphonique habituelle, le mardi et jeudi matin, au 021 624 22 52. Il est donc possible de nous parler si vous rencontrer des difficultés particulières.

Aujourd’hui je partage avec vous un texte rédigé la semaine dernière:

Lausanne, le 21 mars 2020

Il y a eu un rapt. Le Printemps a été enlevé. La date est correcte, la température clémente, le soleil réchauffe la terre, la bise se fait douce, mais le coeur n’y est pas. La réjouissance d’entendre la multitude d’oiseaux n’a pas l’effet escompté. Les crocus, les narcisses et les délicates fleurs des champs n’offrent pas le ravissement habituel. J’ai l’impression qu’il me manque une dimension, ou les couleurs. Il se dégage une odeur de monde post-apocalyptique. Les parcs restent presque vides un samedi, une seule balançoire est utilisée brièvement. Des personnes croisées furtivement portent dans le regard une expression qui s’apparente à de la culpabilité de se trouver dans l’espace public, comme une excuse d’avoir à respirer.

J’essaye de trouver de la gratitude à être assise pour une heure au bord de la rivière. La lumière voilée par les stratus filtre à travers les grands arbres, dont j’ignore l’essence, qui attendent patiemment que leur sève remonte totalement. J’aperçois au sol de grandes pousses vertes regroupées, ce doit être de l’ail des ours. Le souvenir d’un délicieux pesto sur des oricchete me revient en mémoire. Nous étions plusieurs à partager le repas. C’était l’année dernière, c’était différent et je n’aurai jamais pu m’imaginer le printemps de ce jour.

Quelques rares bruits humains me parviennent au dessus de la musique régulière composée par le débit du Flon, qui s’écoule paisiblement mais avec efficacité. Je lève la tête en direction de la route, il n’y a personne. Je réalise qu’aucune trace blanche ne lézarde le ciel. Il est intact. Seuls se dessinent les silhouettes des oiseaux, les fils tissés par les arachnides et les arabesques des abeilles.

Le sourire revient sur mon visage, j’ai compris qu’il n’était pas perdu.

Un petit film d’animation, tout doux, sans parole:

Un morceau de musique d’une formation londonienne, pour rêver un peu:

Un article du journal Le Temps, qui met en lumière le fait que cette crise ne nous touche pas tous de la même manière:

https://www.letemps.ch/societe/coronavirus-exhausteur-dinegalites

Un livre (merci à mon amie qui m’en a beaucoup parlé) dont l’autrice Mona Chollet et le titre « Chez soi » me donne envie de le lire:

D’autres adresses pour s’occuper:

https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/livres-audio-livres-lus-et-audiobooks-gratuits-et-accessibles-en-ligne/99725?origin=newsletter

https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/confinement/les-%C3%A9diteurs-se-mobilisent-pour-offrir-%C3%A0-lire

https://www.filmingo.ch/fr/#register

www.unisante.ch/bouger

Les règles de prévention dans différentes langues à partager dans les diverses communautés:

https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/aktuelle-ausbrueche-epidemien/novel-cov/downloads-in-verschiedenen-sprachen.html

Au plaisir de vous retrouver prochainement, en attendant, prenez soin de vous.

Pour l’équipe de Malley-Montelly: Aude Maurer

Courrier 1ere semaine de confinement

Très chères Toutes, Très chers Tous,

Ce message vous parvient en premier lieu dans le but de vous transmettre nos meilleures pensées en cette période pour le moins extraordinaire.

Toute l’équipe du Centre de quartier de Malley-Montelly pense bien à vous et espère que vous-mêmes ainsi que vos proches vous portez bien et êtes en bonne santé, tant physiquement que moralement.

Sans céder à une peur irrationnelle, il va sans dire que la situation est sérieuse.

Il s’agit aujourd’hui de tout mettre en place afin d’éviter au maximum la propagation de l’épidémie. Cela engendrerait en effet trop de demandes à traiter par le système de soin qui n’a pas assez de ressources pour y répondre. Cette situation signifierait donc plus de victimes parmi les personnes à risque, soit principalement les personnes âgées ou celles qui ont déjà des faiblesses de santé.

Pour y parvenir, tout le monde a un rôle important à jouer et doit se responsabiliser. La question n’est plus tellement « vais-je l’avoir ou pas ? » mais plutôt « si je l’ai, qui pourrais-je potentiellement contaminer ? ».  En effet, peu importe que l’on se sente bien ou non, l’on peut être porteur du virus et le transmettre à d’autres.

 Il est donc primordial pour chacun.e d’entre nous de faire preuve de solidarité.

Comment ? En respectant les simples consignes suivantes (et, même si ces dernières ont été répétées maintes et maintes fois ces derniers jours, il est sûrement préférable qu’elles le soient trop que trop peu !) :

  • Se laver les mains et les désinfecter le plus souvent possible.
  • Tousser ou éternuer dans le creux de son coude.
  • Rester chez soi et ne sortir qu’en cas de grande nécessité
  • Respecter la distanciation sociale en maintenant au moins deux mètres avec les autres.

C’est d’ailleurs pour contribuer à la limitation de la propagation de COVID-19 que le Centre de quartier de Malley-Montelly, tout comme les autres espaces collectifs  et lieux publics non-essentiels, est fermé jusqu’à nouvel avis.

En chinois (et cela n’est pas une mauvaise blague !) le mot « crise » est composé de deux caractères. Le premier signifie « danger » et le second « opportunité ». La sémantique chinoise est, dans ce cas, plus positive que la langue de Molière en évoquant le caractère favorable que peut représenter une crise comme celle que nous vivons ces jours.

Sans remettre en question les évidentes et nombreuses conséquences négatives et sérieuses engendrées par ce virus, nous vous encourageons donc peut-être à mettre à profit ce retrait forcé de notre quotidien pour porter un regard tant neuf et aiguisé que bienveillant sur nos modes de vie habituels.

Prenons aussi le temps de délibérément célébrer cette parenthèse propice au développement de l’intériorité, à l’introspection et à la connexion à soi ainsi qu’à l’essence de la Vie.

Pour finir et vu que l’entretien du jardin entourant nos locaux de la Pagode est une des activités proposées chez nous, n’oublions pas que ce que l’on arrose grandit !

Il en est ainsi tant dans  le domaine du jardinage que de la vie intérieure.

Arrêtons-nous donc éventuellement un instant et demandons-nous en pleine conscience lesquelles parmi nos graines mentales et émotionnelles nous voulons arroser en cette période.

En effet, ces graines se transformeront en pousses et grandiront pour se manifester dans le monde à travers nos paroles et nos gestes. Ce choix est individuel et ici s’exprime notre liberté d’humains ! En effet, entre les circonstances extérieures et la réponse que nous donnons à ces dernières, nous avons le choix !

Nous vous souhaitons donc de prendre grand soin de votre jardin et de faire pousser une multitude de fleurs magnifiques et d’arbres dont les fruits nous régaleront plus que certainement très bientôt dans le cadre de la reprise de nos activités habituelles sous forme de partages profonds et riches ainsi que de potentiels projets nouveaux et remplis de sens !

En attendant ces moments plus propices aux échanges et aux rencontres, seules nos permanences téléphoniques des mardis  et jeudis entre 9h et 12h sont maintenues et

il va sans dire que toute l’équipe d’animation se réjouit déjà de vous retrouver dès que possible !